5004 sujets

Le Bar du forum

Pages :
Bonjour à tous

Je sais que ce genre de situation est souvent éclairée mais je prends le risque de vous la poser en ce qui me concerne :

Peut-on trouver du travail en tant qu'intégrateur/Développeur Front à 30 ans/31 ans ?

Aujourd'hui, je compte me former, trouver formations et contrats pro. Mais j'ai besoin de savoir si cela vaut la peine de me lancer là-dedans. En terme d'expérience de développeur je n'ai que des bases. J'ai gâché ma scolarité classique.

J'ai déjà des contacts dans des écoles et pris des rendez-vous. Je n'ai pas de talent particulier mais je souhaite faire ça, je suis complètement éloigné du monde du travail et je n'ai que très rarement travaillé. Bref je compte me donner à fond et ne pas faire la connerie d'essayer de me former seul. Je veux simplement savoir, selon votre expérience, si je peux arriver à quelque chose.
Modifié par jobalouk (01 Mar 2015 - 00:48)
Bonjour,

On peut trouver du boulot en tant qu'inté à 30 ans, mais en tant qu'inté débutant qui sors des bancs de l'école alors qu'en face y a pleins de petits jeunes tueurs, je suis pas sure du tout. Tu dis que tu as rarement travaillé, du coup pourquoi cette carrière ? Franchement il y en a pleins d'autres plus utiles (boulanger, boucher, coiffeur), qui rapportent plus (plombier, sérieux), moins concurrentielles, moins fatiguant, moins sujettes au jeunisme et à un besoin constant de formation (stressant) que nos métiers. Pourquoi ce choix si c'est pas indiscret ?

Après selon mon expérience, quand on veut vraiment quelque chose, qu'on est passionné et qu'on se donne les moyens d'y arriver on peut y arriver. Mais pour ça il faut beaucoup de motivation.
Tu dis ne pas vouloir faire la connerie d'essayer de te former seul (ce que beaucoup d'entre nous ont fait au passage, donc pas forcément une connerie selon moi), donc ça veut dire trouver une formation diplômante. Tu es prêt à bosser à fond, faire une formation sur sans doute deux ans, retourner sur les bancs de l'écoles avec des gens qui vont avoir 10 ans de moins que toi (et un cerveau plus disponibles puisque formaté encore à l'apprentissage), faire des devoirs, réviser, y passer des nuits passer les examens et galérer à trouver un apprentissage, un stage à 32 ans alors qu'en face y a pleins de petits jeunes de moins de 26 ans qu'on a besoin de payer moins cher pour un apprentissage ou un stage ? Si oui, alors fonce. Mais franchement, je veux pas être alarmiste, mais vu ta description je pense qu'il vaut mieux ne pas y aller.

Désolée si mon message semble dur, ce n'est pas le but, mais en tant qu'enseignante à l'université dans des formations bac + 3 à +5 à distance et en présentiel, je vois trop d'élèves qui n'ont rien à faire ici et sombrent souvent avant la fin de l'année alors qu'ils auraient mieux fait de choisir une autre voie.
J'ai choisi le web parce-que c'est tout simplement le domaine qui m'intéresse et me donne envie de me donner. Je me suis mal exprimé je pense quand j'ai dit que c'était une connerie de se former tout seul, je suis désolé si j'ai froissé quelqu'un. C'est juste incroyablement difficile de se former sur des choses complexes sans personne derrière soi pour te guider un minimum, j'essaye et je galère même si je persévère.

Je suis sorti du parcours classique à cause de ma santé et je trouve ça injuste que je me force à faire un boulot que je vais détester alors que le web est juste là. Ça fait des années que j'essaie de trouver comment me former.

Je ne pense pas que si je me retrouvais dans une de tes formations je me demanderais ce que j'y fait. Je pense que je boirais tes paroles.

C'est intéressant ce que tu dis pour la recherche d'entreprise, c'est pas quelque chose de rare de trouver une entreprise d'acceuil à 28 ans pour un contrat de professionnalisation non ?

Je ne même pas si je veux faire que de l'inté, l'édition ou la rédaction web m'intéresse aussi.
Bonjour,

Le web c'est vaste, entre un graphiste et un développeur, ça n'a rien à voir. Les deux professions sont difficiles si on exclu les amateurs qui polluent le marché de l'emploi (souvent formés dans des boîtes à fric qui se préoccupent peu de leur avenir). Et même entre développeur et développeur selon les langages choisis ce ne sera pas le même type de profil (front et back). Certains sont un peu les deux (graphiste/dév), mais on est toujours plus l'un ou l'autre. Il faut donc faire les bons choix en fonction de ses aptitudes, de ses dons et de ses capacités à comprendre des langages très abstraits. Perso, je ne pourrais (et ne voudrais) pas devenir développeur, par manque d'aptitude et tout simplement parce que je n'ai pas l'envie nécessaire.
Si l'auto formation est courante en code, en webdesign elle est souvent contre productive. Les "graphistes" auto formés sont souvent juste capables de singer quelques tutoriels, il leur manque 99% des compétences dont ils n'ont même pas notion. Contrairement aux idées reçues, les autodidactes sont rares en design. Souvent ils ont des acquis à la base.

Aussi, les métiers du web, de la com, sont souvent idéalisés par ceux qui n'y ont jamais mis les pieds. C'est pas mieux qu'ailleurs, et souvent pire. Avec un turn over important, des horaires difficiles, un stress récurrent et souvent des relations professionnelles tendues qui peuvent même en mener certains au burn out. À méditer…

Comme déjà dit, la formation constante n'est pas à sous-évaluer. Auto formation en plus du taff ou formation continue. les langages changent et évoluent.

Je n'irai pas à l'encontre de l'avis de Stéphanie nettement plus informée et compétente que moi (je suis graphiste). Je connais des gens qui à 40 ans ont entrepris des formations (6 mois + stage) en développemement et intégration dans des usines à formation parisiennes (École Multimédia… ) et le constat est quand même qu'il y a beaucoup de casse avec des gens qui décrochent très vite au cours de la formation (certains ne faisaient qu'acte de présence alors qu'ils étaient largués au bout de deux semaines, des profs plus ou moins compétents aussi). Mais certains qui souvent avaient un background (auto formation ou graphistes avec des notions de code, HTML, CSS, Jacascript… ) ont réussi a acquérir un petit niveau qui était à considérer comme un "plus" de leur métier initial. Les écoles et organismes survendent souvent leurs formations et ne montrent que ce qu'ils veulent montrer. Rejetant l'échec sur les étudiants/stagiaires (qu'ils ont néanmoins gardé, faut que la boîte tourne… ).

Éliminez ou renseignez vous bien sur les écoles et formations qui ne sélectionnent pas sérieusement (dossier + tests), ça sent l'abattage avec des résultats pas du tout garantis. Les bonnes formations sont rares et très sollicitées. Par exemple pour Les Gobelins (design), la sélection est pointue, il faut parfois réserver un an à l'avance, et ça coûte…
En clair, peu de formations continues de développeurs et intégrateurs débouchent sur une activité de développeur. Au mieux intégrateur, à condition de s'accrocher et de persévérer. Idem en design. La majorité auront acquis des compétences complémentaires à leur job initial, sans toutefois pouvoir en faire leur métier principal.

La raison de ces résultats mitigés tient au fait que les gens pensent suivre des cours et que cela suffira, alors qu'il faut bosser en plus tous les soirs tard et ensuite mettre en pratique ses acquis pendant quelques mois. Bref, rien de facile… mais rien d'impossible.

Comme le dit Stéphanie, si c'est vraiment votre vocation, que vous avez déjà goûté du code et que vous aimez ça, pourquoi pas. Rien arrive à ceux qui ne tentent rien. Mais il faut savoir que le chemin est difficile, que l'envie ne suffit pas et que faute d'aptitude (très important) et de travail (c'est hard), le résultat n'est pas garanti au final. Un plan B peut être envisagé, certains postes annexes pouvant nécessiter des connaissances en intégration sans être un spécialiste.

Point de vue de graphiste. À vous de voir. Vous pouvez aussi rencontrer des pros du web et si vous tâtonnez du code et du web design, soumettre votre travail à l'avis ici ou sur un forum spécialisé. 30 balais c'est jeune, à vous de faire les bons choix. Smiley smile

jobalouk a écrit :
Je ne même pas si je veux faire que de l'inté, l'édition ou la rédaction web m'intéresse aussi.

Prêt pour un bilan de compétences ? Smiley lol
Il y a plein de métiers dans le web : http://metiers.internet.gouv.fr/
Tous ne sont pas centrés sur le code. Ce qui ne veut pas dire que c'est plus facile. Un bon rédacteur, un bon designer, un bon chef de projet… C'est d'abord du talent, plus des années de formation et de pratique.

Bon courage, en attendant la suite ? Smiley smile
Modifié par spongebrain (29 Nov 2014 - 20:13)
Salut,

je trouve vos réponses un peu démotivantes pour jobalouk Smiley smile à ta place j'aurais les boules... mais je suis d'accord avec Stéphanie sur un point : "quand on veut vraiment quelque chose, qu'on est passionné et qu'on se donne les moyens d'y arriver on peut y arriver."

Je ne vois pas pourquoi à 30 piges, tu es jeune, tu serais plus défavorisé qu'un jeune qui sort de l'école ! "Manquerai plus que tu sois noir, petit gros et moche, tu aurais encore moins de chance que les autres" comme disais Coluche.

Perso, je ne suis pas un exemple de la société et je ne réclame pas une médaille, ce n'est pas le but de mon propos, mais je me suis reconverti professionnellement à ton âge. J'ai fait une formation au CNAM, le Conservatoire des Arts et Métiers. C'est ouvert à tout le monde, cela fonctionne avec un système de modules pour chaque thème de formation, avec examens et stage en fin de formation. Les formateurs sont des intervenants externes qui se donnent la peine de donner des cours à des gens comme toi, le soir en plus de leur travail, pour transmettre leur savoir. C'est un organisme financé par les conseils régionaux, c'est pas cher pour les particuliers et encore moins cher pour les chômeurs si c'est ton cas. Cela demande un job alimentaire pendant ta formation, moi je faisais des colis dans un entrepôt pendant 1 an et demi pour une boutique en ligne... à moins que tu aies de quoi survivre. Et cela demande du boulot et de la curiosité sur quoi tu veux t'orienter, en plus de ta formation, parce qu'on va pas te donner des devoirs. Alors oui pour aller dans le sens de spongebrain, tu vas pas te retrouver avec un diplôme d'ingénieur et la science infuse, mais à toi de faire ensuite ton bonhomme de chemin, après ce sera l'expérience qui primera, pas l'intitulé de ton diplôme. Je reçois des CV où je bosse, les mecs ils savent tout faire, tu te dis whaaa tous les langages qu'il connaît, en en fait il savent rien ou juste la moitié. Moi j'ai fait mon p'tit bonhomme de chemin, j'ai un boulot d'intégrateur, je fais un peu de dév, et j'en apprend tous les jours. J'ai monté ma boîte comme auto-entrepreneur également, j'arrondis mes fins de mois de temps en temps.

Après chacun son niveau, et nous sommes tous sur ce genre de forums pour s'entraider, et non pas pour te démotiver, t'es pas plus con qu'un autre parce que tu as 31 ans, et aucun métier ne t'es fermé.

Au boulot !
Bsr,

Internet à 31 ans, il est né en 1983. il a donc ton âge !
À ton avis qui a formé le premier webmaster ?
Et comment cela c'est passé ?
Tu as une chance incroyable. Tu n'as pas à réinventer la roue, il y a plein de personnes, qui l'on fait pour toi !
La meilleure des techniques pour atteindre un objectif est d'imiter ceux qui ont réussi.
Renseigne-toi bien sur ton objectif, si ce dernier est dans tes possibilités alors vas-y !
Qui ne tente rien n'a rien, comme dit un slogan de Française des jeux, 100% des gagnants ont tenté leur chance.
Le succès n'est pas à la porté ni au niveau de toutes les mentalités sinon il n’y aurait rien a gagné pour des gens comme toi.

Si tu as les moyens et la motivation, bien examiné ton objectif, vas-y, fonce.
Modifié par marcopolo29 (03 Dec 2014 - 20:45)
Pedrothelion a écrit :

Je ne vois pas pourquoi à 30 piges, tu es jeune, tu serais plus défavorisé qu'un jeune qui sort de l'école ! "Manquerai plus que tu sois noir, petit gros et moche, tu aurais encore moins de chance que les autres" comme disais Coluche.


J'ai pas dit que t'étais plus jeune, juste que pour ce que j'ai vu chez les étudiants (j'ai eu des étudiants de 23 à 55 ans hein ^^) les entreprises sur de l'apprentissage ou alternance ont tendance à préférer les jeunes profiles. Le master que j'ai fait est à distance, en alternance. J'ai un ami de 32 ans qui a essayé de trouver un apprentissage, toutes les portes lui ont été fermées. Résultat il avait le choix entre ne pas faire le master, ou payer les 5000€ de sa poche. Je vous laisse deviner ce qu'il a choisi. Apparemment c'est plus avantageux de prendre un moins de 25 ans. Il me semble que tu as besoin de payer moins cher les alternants quand ils sont plus jeunes, donc forcément les entreprises à choisir.

Le but est pas de le décourager, mais des gens qui se disent "je vais aller faire du oueb" du jour au lendemain parce qu'ils en ont marre de leur métier (ou y voient une opportunité lucrative) on en voit bien trop souvent (dont certains dans mes cours...). Donc au risque de me répéter, jobalouk peut y arriver. Mais pour ça, il va devoir cravacher dur, et faire face à des petits djeuns qui sont encore ancrés dans un système d'apprentissage et être en concurrence avec eux sur le marché de l'emploi. Je ne dis pas que tu ne peux pas apprendre à 30, 40 ou 50 ans. Mais tu es "moins" dans un processus d'apprentissage scolaire que des étudiants qui n'ont jamais travaillé et sont là dedans depuis 10 ans. Du coup pas forcément facile de se remettre dans le bain, ça demande un sacré boulot de se remettre aux études quand ça fait un moment qu'on a pas mis les fesses sur les bancs de l'école (même virtuelle). Perso je serai terrifiée si je devais retourner en cours aujourd'hui ^^
Bref, ça va pas être facile. Mais ça l'est pas non plus pour un jeune qui débute. Sauf que 6 mois de stage à 23 ans quand on sort des études et on vit en coloc, ok, mais quand on a 32 ans, est-ce que l'on peut encore se le permettre ?
Après comme dit marcopolo29 il y a les formations le soir (à distance ou en présentiel), mais là va falloir se motiver à avoir cours le soir en plus d'un boulot alimentaire et arriver à faire tous les devoirs et suivre malgré la fatigue d'une journée de travail. C'est faisable, mais faut en vouloir.

Je suis peut-être un peu blasée, mais je vois trop d'étudiants qui trouvent pas de travail après leurs études de web, qui ont fait un apprentissage, un stage, mais au final la boite les garde pas pour prendre un nouvel apprenti. J'en vois aussi qui montent leur auto-entreprise après les études, parce que pas de poste en CDD ou CDI et se plantent un an plus tard (ou cassent les prix du marché pour bouffer). Je ne sais plus qui sur Kob-one avait fait un sondage en demandant en particulier aux jeunes indépendants pourquoi ils étaient indépendants, et beaucoup répondaient parce qu'ils ont pas trouvé de poste en CDI.

Bref, tout ça pour dire que j'ai l'impression que nous métiers sont au final assez bouchés, et que si tu veux te faire ta place, il va falloir bosser dur, même très dur.

spongebrain a écrit :

Les "graphistes" auto formés sont souvent juste capables de singer quelques tutoriels, il leur manque 99% des compétences dont ils n'ont même pas notion. Contrairement aux idées reçues, les autodidactes sont rares en design. Souvent ils ont des acquis à la base.

Hum, quand tu vois la tête de mes "cours de graphisme" qui étaient en fait des cours de Photoshop, bah en fait je suis autodidacte. Faut que je me fasse du souci sur mes compétences ? Plus sérieusement, j'ai vu pas mal de graphistes, même de très jeunes mettre de jolis claques en autodidactes. Ils ont appris principalement par mimétisme justement de tutoriels, et puis à force, en allant plus loin, en lisant, en comprenant les principes du design, etc.
Entièrement d'accord avec Stéphanie et spongebrain Smiley smile j'abonde dans leur sens.
C'est pas dans l'idée non plus de décourager, mais malheureusement il y a peu de postes dans le web, et ceux qui sont libres le sont bien souvent pour une bonne raison.
Je suis pour une bonne partie autodidacte aussi. J'ai commencé comme pratiquement tout le monde, en ouvrant des psd de freebies et en apprenant en modifiant ce qui était disponible et qui m'intéressait. Autant en terme de design que de code.
J'ai par contre toujours eu une sensibilité artistique, mais cela m'a demandé beaucoup d'apprentissage personnel pour arriver où j'en suis. Ma formation m'a servi de base, le reste, je l'ai appris par moi même, par curiosité et envie.
J'ai suivi des cours d'arts, d'architecture, j'ai aussi appris les techniques, autant au niveau du code que design. Tout cela est extrèrement chronophage, ce serait impossible pour moi de le faire aujourd'hui.
Au final, je dispose d'une double compétence qui m'a permis de me démarquer des autres candidats à un même poste. Sans ceci, je doute que je serais la ou je suis en ce moment. Mais cela m'a demandé énormément de travail personnel, incalculable en heures.
Et effectivement, aujourd'hui sortent des écoles, des gens tout aussi capables, qui ont évolués avec ces techniques complexes que nous avons apprises et qui les maitrisent très bien, parfois mieux.
Je suis souvent étonné des compétences en design de tout jeunes designers, desfois de 14-16 ans, qui ont un niveau excellent !
De ma formation, pourtant axée multimédia / web / communication, peu ont au final concrétisé dans cette voie des retours que j'ai. J'ai du coup beaucoup de mal à te conseiller de te diriger la dedans.
De plus, il ne faut pas considérer le web comme une mine d'or.
C'est pareil qu'autre part, ( donc globalement la crise ) voire pire. Le fait est que les entreprises, lorsque la crise est venue, on supprimé de leurs budgets ce qui n'était pas primordial à leur activité. Du coup, leurs sites internet, leur communication, ont vu leurs budgets réduits à leur plus simple expression. Je te laisse imaginer si la demande n'est pas là... ni le budget, les possibilités.
Je te souhaite malgré tout tout le courage qu'il te faut si tu veux faire ceci, bonne continuation !
Stéphanie W. a écrit :
Hum, quand tu vois la tête de mes "cours de graphisme" qui étaient en fait des cours de Photoshop, bah en fait je suis autodidacte. Faut que je me fasse du souci sur mes compétences ? Plus sérieusement, j'ai vu pas mal de graphistes, même de très jeunes mettre de jolis claques en autodidactes. Ils ont appris principalement par mimétisme justement de tutoriels, et puis à force, en allant plus loin, en lisant, en comprenant les principes du design, etc.

Je ne dis pas que c'est impossible, juste que c'est rare dans les profils créatifs (les profils techniques comptent beaucoup plus d'autodidactes). Dans les grandes agences par exemple, on en rencontre peu. Les autodidactes qui ont du niveau sont souvent des cas qui ont de fortes aptitudes et qui ont beaucoup bossé. Souvent dans une spécialisation qu'ils ont travaillé à fond (3D, web design… ), et souvent en freelance. Ils ont une qualité qu'il faut souligner : la curiosité, celle des gens passionnés à qui rien ne résiste. Le problème des autodidactes est souvent qu'ils n'auront pas suffisamment travaillé leurs points faibles. Avec des lacunes au final, en typo, illustration, design, conception… selon les profils. De plus un autodidacte sérieux aura plus de difficultés à faire valoir ses acquis car il sera assimilé à ceux qui travaillent en amateur (la grande majorité), le réseau prend alors tout son sens. Certaines agences vont même jusqu'à demander des profils juniors avec un type de formation spécifique (Estienne, Beaux Arts, Gobelin… ). Je déplore cet aspect « fermé » qui indique un manque d'effort de la part des recruteurs, mais il existe et je l'ai constaté. Pour les seniors, les acquis prévalent sur la formation, mais pas toujours…

Dans les écoles sérieuses (arts appliqués, beaux arts, écoles spécialisées reconnues… ) si on n'a pas un niveau général suffisant et complet, pas de diplôme. La connaissance des outils n'est pas au centre de la formation, elle vient « en plus » sur une base artistique solide. C'est pourquoi ces écoles sélectionnent de façon draconienne. Contrairement aux organismes de formation qui collent les stagiaires derrière un écran et leur enseigne le fonctionnement des outils. Sans talent, c'est comme enseigner la musique à des sourds…

Dans les agences que je connais, les autodidactes en graphisme (print, web, pub… ) sont rares. Chez les autodidactes on rencontre quelques killers qui auraient pu sans problème intégrer une formation sérieuse mais sont passés à côté de leur vocation. Les concours sont parfois injustes. Mais on rencontre surtout des semi professionnels, voir des amateurs qui, forts de leurs tutoriels et de leurs certitudes, n'ont pas le niveau. Certains se mettent en auto entrepreneur, avec un résultat peu concluant, en cassant les prix et en produisant un travail perfectible.

Souvent les autodidactes ne le sont que partiellement. Ils sont issus de formations qui leur ont déjà permis d'acquérir certaines bases, que ce soit sur le plan technique ou artistique. Ce qui facilite les choses.
Pour conclure, avec du talent, du travail, de la curiosité et du temps, on peut y arriver. Mais pour arriver à un niveau viable professionnellement (qui permet de payer le loyer), il y aura beaucoup d'appelés et peu d'élus. C'est pourquoi je suis toujours bluffé quand je rencontre quelqu'un qui s'est auto formé et dépasse ceux qui ont eu un parcours plus classique. Smiley cligne
Modifié par spongebrain (04 Dec 2014 - 19:24)
spongebrain a écrit :
Le web c'est vaste, entre un graphiste et un développeur, ça n'a rien à voir. Les deux professions sont difficiles si on exclu les amateurs qui polluent le marché de l'emploi (souvent formés dans des boîtes à fric qui se préoccupent peu de leur avenir). Et même entre développeur et développeur selon les langages choisis ce ne sera pas le même type de profil […]

Et selon la méthode aussi. De mon point de vue, même les « non-amateurs » ont de mauvaises méthodes (surtout dans le web).

spongebrain a écrit :
Si l'auto formation est courante en code, en webdesign elle est souvent contre productive. Les "graphistes" auto formés sont souvent juste capables de singer quelques tutoriels, il leur manque 99% des compétences dont ils n'ont même pas notion.

C’est surtout ce passage qui m’intrigue et pour lequel je passais : vouliez-vous parler de la différence entre art et communication ? Parce que les artistes graphiques autodidactes, il y en a beaucoup quand-même. Pour la communication, je le devine mieux : tous ces codes à respecter, ces connaissances culturelles, qu’on ne peut pas inventer ou découvrir totalement seul(e) ; est-ce ça ?

Pourquoi les autodidacte sont tant moins probables dans le webdesign que dans le développement ?

Je suis curieux, j’aimerais en savoir plus.

Si c’est utile à préciser, en graphisme, je suis nul, et il me faut beaucoup de temps pour aboutir à quelque chose, même pour des petites choses, alors je ne pose pas cette question comme une manière déguisée de contester … seulement pour savoir pourquoi.
Modifié par hibou57 (18 Dec 2014 - 20:47)
Modérateur
Pour avoir appris le développement en autodidacte, et le graphisme en école, je peux tenter une explication, ou au moins quelques points de départ…

Les ressources
Alors que sur le développement, le web est rempli de ressources pour apprendre, parfois de très bonne qualité, pour le graphisme c'est l'inverse. Il n'y a pas grand chose, et les bonnes informations sont souvent masquées par des tonnes d'informations pas terribles.

Les limites de l'autocritique
Lorsque l'on débute en développement, le premier facteur pour juger son travail et l'améliorer est basique: ça fonctionne/ça ne fonctionne pas. Bien entendu, un logiciel qui «fonctionne» n'est absolument pas suffisant pour faire un bon développeur, mais c'est un début. Par la pratique, on constatera que notre code est difficile à améliorer, sans créer pleins de bugs, que il y a plein d'effets de bord, etc. En graphisme, pour que ça «fonctionne» c'est beaucoup plus délicat, et très dur à juger sans une analyse et discussion avancée.

Les normes
En développement, on regorge de normes. Ces normes parfois très strictes sont à suivre parfois méticuleusement. Elles ont souvent une autorité compétente pour la décider, etc. En graphisme, il n'y a pas vraiment de règles absolues. Il y a des règles de base, mais personne n'est toujours d'accord avec toutes. De plus, il faut savoir les transgresser.

L'art de faire ce qui ne se remarque pas
J'aime bien dire que le graphisme est «l'art de faire ce qui ne se remarque pas». Plus précisément, c'est appliquer des ajustements pour que le client final (celui qui voit le résultat et l'utilise) n'ait pas conscience de notre intervention mais ressente son effet. Malheureusement pour ceux qui veulent apprendre, ils sont faussé ainsi par notre travail qui consiste souvent à «mentir». Sans connaitre les clés de compréhensions il est difficile de porter un regard critique sur un boulot. Autant le regard du néophyte est important pour un graphiste pour évaluer si il obtient le résultat voulu, autant ce regard ne permet pas d'apprendre de manière efficace.
Félicitations à Kusto pour la qualité et la pertinence de sa réponse.

Disons que la programmation est une technique, dans laquelle il existe des choses démontrables et enseignables par l'exemple et l'écrit. On finit rapidement par comprendre que telle façon de faire est préférable à une autre, et cela devient un réflexe auquel on ne pense plus.

Le design relève plutôt de l'art. Cela ne signifie pas qu'il n'existe pas des choses enseignables, mais elles sont en quelque sorte plus subtiles et délicates à maîtriser. l'interaction maître-élevé me semble indispensable pour progresser dans ce domaine.

En ce qui me concerne, je n'ai jamais jusqu'à présent rencontré de problème technique auquel je n'ai pas trouvé de solution, par moi même ou en cherchant sur le Web. Par contre les problèmes de nature design, ergonomie, etc. sont beaucoup plus délicats à résoudre. Je m'entoure alors de conseils de personnes ayant de l'expérience dans des métiers tels que l'architecture ou la fabrication d'objets à la fois artistiques et pratiques (lampe, vase, ...)
Modifié par PapyJP (19 Dec 2014 - 09:58)
marcopolo29 a écrit :

À ton avis qui a formé le premier webmaster ?


Mauvais exemple, le premier webmaster c'est l'inventeur du Web. Tu peux facilement trouver son CV en ligne, je t'invite à le lire. Smiley smile
Kustolovic et PapyJP ont très bien répondu il me semble. Smiley cligne

Le web design est à considérer comme un art appliqué. Et comme dans les autres arts appliqués ou l'artisanat d'art par exemple, il faut avoir la bonne approche, la bonne sensibilité, être capable de la transformer sur le plan concret, technique, technologique, industriel, commercial, marketing, conceptuel… Dans les arts appliqués on ne travaille jamais seul.

À ne pas confondre avec les artistes qui sont dans une démarche personnelle et n'ont à répondre que d'eux mêmes. Bien que certains arts demandent un long apprentissage, mêlant talent et techniques. Si on compte de grands musiciens qui n'avaient que quelques années et pas de peintres, c'est parce que l'apprentissage de la peinture demande plus de temps.

Dans les arts appliqués, il y a donc une démarche créative qui ne s'apprend pas avec des tutoriels mais par un cheminement personnel et une maturation qu'il est conseillé de faire auprès de bons maîtres qui savent comment faire évoluer de jeunes pousses. C'est pourquoi certaines écoles sont très sollicitées par les étudiants. Un élève talentueux avec un mauvais enseignant ne pourra progresser et s'épanouir pour donner le meilleur de ce qu'il peut faire. Il lui faudra des années pour "désapprendre" et combler ses lacunes.

Le développement est une activité plus technique, mais pas seulement (en effet l'apprentissage est d'avantage concentré sur les connaissances, quon peu acquérir de multiples façons). Elle demande aussi de la créativité et du talent. Quand un designer arrive avec une idée saugrenue, le développeur peut la transformer de façon surprenante, ou finir de la plomber. Les influences sont réciproques, opposer développement et design est un discours obsolète. C'est en tirant le meilleur de chacun qu'on obtient des résultats. Avec des compétences et une approche qui n'est pas si différente par certains aspects.
Rien à ajouter aux bonnes réponses ci-dessus, si ce n'est ceci (au risque de me répéter) : merci de ne pas utiliser le terme "artiste" pour désigner un graphiste / designer / DA / etc. C'est un terme totalement hors-sujet (voire nocif).

Le design propose des solutions efficaces à une problématique donnée.
L'art se suffit à lui-même.
STPo a écrit :
... merci de ne pas utiliser le terme "artiste" pour désigner un graphiste / designer / DA / etc. C'est un terme totalement hors-sujet (voire nocif).

Le design propose des solutions efficaces à une problématique donnée.
L'art se suffit à lui-même.


A rabâcher aux prospects, clients, la famille et les amis !
Modifié par LaJota (19 Dec 2014 - 14:24)
Bonjour,
Je viens de m'inscrire sur le forum pour apporter mon témoignage.

J'ai voulu me reconvertir dans le web à 28 ans. C'était en 2011.J'ai aujourd'hui 31 ans. J'habite en région parisienne.
Je me suis tout d'abord auto formé le soir après le travail grâce à des sites comme alsacréation et l' ex site du zero (algorithme, html, css, php procédural-poo, mysql, javascript, jquery, wordpress, cake php...).
ça me passionne. Il y a énormément de chose à voir. Il est impossible de tout maîtriser.

J'ai une forte préférence pour le back end (php , mysql, cms, framework) même si j'aime bien faire du css.
En 2013, J'ai pu faire une école en formation continue de 5 mois + un stage de 2 mois (dur de trouver un stage). J'ai ensuite cherché du travail.

Il y a beaucoup d'offres d'emploi mais la majorité ne correspondaient pas à mon profil.
- Pour le back end il faut très souvent avoir fait une école d'ingénieur , mini 1 an d'XP et/ou maîtriser php, php poo, un cms et un framework et bien connaitre css et js. Il n'y a pas de place pour les débutants éclairés.

- Pour le pur développement front end (JS, angular, backbone et autres nombreuses librairies JS) , il y a de plus en plus d'offres mais il ne suffit pas de savoir manipuler le dom et faire de l'ajax avec Jquery pour pouvoir postuler! Et les technos en JS évoluent trop vite, j'ai l'impression 2 fois plus vite que php, "tu viens d'apprendre angularjs 1.3? cool et bien angular 2.0 sortira dans quelques mois n'aura rien à voir avec la 1.3" -> reset on recommence.

- Pour l'intégration il y a beaucoup plus d'offres pour débutant et le pré requis n'est pas aussi important que pour les autres postes (le salaire n'est pas le même non plus).

J'ai trouvé du travail en tant qu'intégrateur, mon premier poste, j'y suis resté 2 mois. Malgré ma passion pour le web , j'ai failli complètement me griller: être entouré de jeunes < 25 ans prêt à travailler 50 heures par semaine pour 1400 euros par mois, qui pensent et vivent code matin midi soir et weekend, tu te rends compte que tu ne peux pas suivre, et eux ils seront cramé avant 30 ans. J'aime le code mais pas au point de vivre en nolife sans femme ni amis, ni sorties, sans vie en dehors du code.

J'ai ensuite trouvé une boite qui fait des sites web pour ses clients mais dont ce n'est pas son activité principale. J'y suis toujours et c'est beaucoup mieux. J'ai un poste de généraliste, je touche à tout mais je ne suis spécialiste en rien. Enfin c'est pas du développement ou de l'intégration très pointu non plus. Bref, je suis content à ce poste.

En seulement 4 ans dans le web, j'ai pu m'apercevoir du rythme de l’évolution des technologies. La veille est indispensable. Je dirais même vitale. Tu veilles ou tu meurs haha.

Sur le long terme j'ai des doutes sur la pertinence de ma reconversion professionnelle. Il suffit de taper dans google " développeur après 30 ans " pour se faire peur. On dirait que l’expérience est une bonne chose jusqu'à une certaine limite. A lire tous ces posts j'ai l'impression que tu né et tu meurs avec les technos avec lesquelles tu as débuté ta carrière professionnelle. Même si tu te formes toute ta vie un jour tu sera has been et on préférera embaucher un jeune qui a débuté le dev avec la techno à la mode plutôt q'un "senior" de 35 ans.

développeur, un métier de jeunes passionnés à durée de vie très limitée?
Je suis donc assez pessimiste mais si quelqu'un peux m'expliquer le contraire je serai très heureux!!! Smiley smile
Modifié par PierreDA (01 Mar 2015 - 00:41)
Salut,
PierreDA a écrit :
grâce à des sites comme alsacréation

Alsacréation ? En es-tu sûr ? Smiley cligne

Pour revenir au sujet, et plus particulièrement à ton témoignage, PierreDA, j'aimerais dire deux choses.

Tout d'abord, rien ne t'empêche, à ton poste actuel, de tenter des trucs plus pointus : ce sera au moins un signe plus concret de ta veille technologique (et tu fais très bien de souligner ce dernier point Smiley smile ).

Ensuite, je tiens à préciser que l'âge n'est pas un critère discriminant pour les métiers que nous exerçons. Je connais, d'ailleurs, un confrère qui, dans deux mois, soufflera ses 50 bougies. Smiley cligne
je voulais dire alsacréations haha.

Par pas très pointu je voulais dire que mon taf consiste en gros à faire de la customisation de thèmes wordpress et prestashop achetés sur des sites comme theme forest, un peu de seo, un peu de gestion d'hébergement, un peu de "community management". Ce ne sont jamais des sites de grosse envergure. Je n'utiliserai jamais un framework php dans cette structure! Mais je préfère ça plutôt que d'intégrer des PSD en série. Du coup je bidouille du symfony2 à la maison, je crée des sites de A à Z sur wordpress et mon kiffe c'est de lire des bouquins sur les design patterns Smiley smile
Je me demande d'ailleurs si un profil comme le mien est beaucoup recherché sur le marché du travail.Je penses pas. J'ai un profil de webmaster des années 2000!
respect pour ton confrère, il bosse dans une boite ou il est freelance?
Modifié par PierreDA (02 Mar 2015 - 23:44)
Pages :