4965 sujets

Le Bar du forum

Pages :
(reprise du message précédent)

salut,

ben j'avais pas fait gaffe non plus et je ne connaissais pas !! Smiley confus
Apparemment ce sont des "césure optionnelles" .

QuentinC a écrit :

Curieux cet article, il doit être buggé ... enfin, illisible. IL y a des caractères bizarres partout et spécialement en plein milieu des mots. Le caractère en question répond au doux nom de "trait d'union virtuel", je sais pas ce que c'est.


Je ne me suis aperçu de ce caractère qu'en ouvrant le code source ... pas de problème "particulier" sous FF 3 Mandriva)
il rend le site inaccessible avec certain navigateur ?

++

Edit :
a écrit :

Soft hyphens are vital for text that must be displayed on a tiny screen or in a narrow frame ... Smiley langue

page de test ...mais je deviens total hors sujet !! Smiley rolleyes
Modifié par kzone (14 Aug 2009 - 11:45)
QuentinC a écrit :
Curieux cet article, il doit être buggé ... enfin, illisible. IL y a des caractères bizarres partout et spécialement en plein milieu des mots. Le caractère en question répond au doux nom de "trait d'union virtuel", je sais pas ce que c'est.

Si le lecteur d'écran annonce un trait d'union virtuel (en unicode: SOFT HYPHEN), alors c'est le lecteur d'écran qui est bugué. Il devrait l'ignorer.
a écrit :
Si le lecteur d'écran annonce un trait d'union virtuel (en unicode: SOFT HYPHEN), alors c'est le lecteur d'écran qui est bugué. Il devrait l'ignorer.

En fait, le terme «trait d'union virtuel » n'est pas énoncé directement pendant une lecture suivie. Ce caractère agit comme un espace. Les mots découpés de cette façon sont donc lus comme s'il s'agissait de plusieurs mots distincts, ce qui revient ici à peu près à une lecture syllabe par syllabe... ce qui rend le texte proprement incompréhensible.

Au fait, ce n'est pas un caractère unicode apparament... il a le code ASCII 173.
QuentinC a écrit :
Au fait, ce n'est pas un caractère unicode apparament... il a le code ASCII 173.

Dans le code source de la page (obtenu «brut» en téléchargeant la page avec wget), c'est l'entité HTML ­ qui est utilisée. Le coup du code ASCII 173 est complètement fantaisiste, surtout que ASCII est défini sur 7 bits et compte en tout 128 caractères (dont certains sont des caractères de contrôle ou d'instruction).

Par contre, le SOFT HYPHEN tel que défini en ISO-8859-1 a bien pour valeur 173 (en décimal). Il semblerait que le SOFT HYPHEN dans ISO-8859 ne soit pas une indication de césure possible, mais une indication visuelle d'une césure qui a été réalisée préalablement (si on transcrit un texte papier à l'identique, traits de césure compris).

Unicode redéfinit le SOFT HYPHEN comme étant une indication de césure possible, qui ne doit pas être affichée ou pas être considérée comme coupant un mot. Cella correspond à l'usage qui est fait de ­ ici.

Enfin, HTML 4, dans sa définition des entités caractères, évoque ISO-8859-1... mais pour donner une référence précise à chaque entité, c'est le code Unicode qui est utilisé.

Au final, je pense que la définition donnée dans Unicode fait référence, et que tout outil devrait gérer le caractère SOFT HYPHEN selon la définition donnée par Unicode. Donc, dans le cas d'une restitution vocale, ignorer complètement ce caractère (et ne pas le considérer comme un espace).

Un petit test pour la route: la page suivante contient le mot «Cohésion» dans trois paragraphes. Le premier est «normal». Le deuxième contient deux entités caractères ­. Le troisième contient deux SOFT HYPHEN littéraux (la page est enregistrée en UTF-8, donc la valeur numérique pour ce caractère est C2AD). Est-ce que la restitution dans le deuxième et troisième cas est identique? Avec tous les navigateurs?
Aucune différence entre le deuxième et le troisième avec jaws 7.10 + respectivement IE7 et firefox 2, je ferai le test avec firefox 3 et jaws 9 demain.
hibou57 a écrit :
[...]

Un article au sujet de l'économie numérique : Numérique en Europe : Un potentiel pour les digital natives
Article complété par un autre (auquel lie le premier) : Détruire les mythes : aucun impact de l'ebook sur le papier

[...]

Les prix des e-books, je m'y suis penché, car cela m'interesse. Malheureusement, ils sont à peine 10% moins chèrs que leurs homologues papier en moyenne, voir au même prix (les constatations sont les même avec les journaux et les magazines), quand encore, comme le dit si bien l'article, ils ne sont pas verouillés par DRM (DRM qui ont probablement pour effet d'empêcher de les lire sur le lecteur de son choix).

[...]



Ben vlan, encore un mauvais exemple

Prix de la version papier : 3,50 Eur
Prix de la version electronique à l'unité : 3,50 Eur

Intérêt pour les lecteurs : zéro
Modifié par hibou57 (21 Aug 2009 - 01:42)
Un nouvelle lecture sur le sujet.

Le document parle du problème de la rémunération des créateurs, et pas seulement musicaux.

Ce n'est pas le seul intérêt du document, mais j'ai personellement aimé en particulier le passage sur l'idée de la licence globale, à laquelle l'auteur est opposé :

L'économie des flux (Owni.fr - 31 août 2009 par Thierry Crouzet)

a écrit :
La licence globale est une sorte de taxe que tous les abonnés Internet paieraient, une redevance télévisée bis. Je suis farouchement contre car où va l'argent récolté ? Comment sera-t-il distribué ? Les copains des copains seront toujours servis les premiers comme cela se pratique dans le monde du théâtre (et logique que nombre de politiciens clientélistes soient favorables à cette mesure). Il y aura un comité de redistribution. Pourquoi est-ce qu'avec mon blog je recevrais plus ou moins qu'un autre blogueur ? Faudra-t-il être reconnu créateur pour recevoir ? Par qui ? Selon quels critères ? Cette approche va à l'encontre de la responsabilisation des gens et, comme le micropaiement, elle reste une source de financement insuffisante à moins de doubler le prix des abonnements (je dépense chaque mois plus en livres qu'en FAI).


Tout y est dit : ça va à l'encontre de la responsabilisation des internautes (un peu comme tout le monde crois que l'école est gratuite, sans comprendre qu'elle est financée indirectement), le clientélisme et la corruption (ah ça!!!), et enfin, la qualification des créateurs (discrimination en vue à coup sûre, tout comme avec l'emploi).

-- EDIT --
Ne vous arrêtez pas à la partie que j'ai cité (et cité parce qu'elle colle directement avec le sujet de ce fil), mais lisez aussi la suite de l'article, il en vaut la peine.
Modifié par hibou57 (01 Sep 2009 - 00:01)
Pages :