5099 sujets

Le Bar du forum

Tout débute le 4 octobre 1957 à 7h58 du matin, les soviétiques prennent les américains par surprise en lançant le tout premier satellite artificiel Spoutnik dans l'espace. En pleine guerre froide, une telle prouesse véhicule un message dont les États-Unis se seraient bien passés. L'URSS est la superpuissance technologique du moment.

Le problème était que les Américains ont appris le lancement de ce satellite par leur propre presse. Les services secrets n'ont rien su. Et si les soviétiques étaient capables d'envoyer un engin dans l'espace, cela signifiait qu'ils avaient réussi à créer une fusée capable d'atteindre n'importe quel continent. Il était dorénavant possible, pour les soviétiques, de remplacer la charge utile (un satellite) par une charge nucléaire. Les Américains étaient donc à portée d'une menace nucléaire !

En février 1958, le président Eisenhower crée l'agence gouvernementale connue sous le nom de DARPA (https://fr.wikipedia.org/wiki/Defense_Advanced_Research_Projects_Agency). Sa mission est de veiller à la constante supériorité technologique des américains face au reste de la planète. Dorénavant, ils ne doivent plus jamais se faire damer le pion par qui que ce soit.

Afin de coordonner les différents centres de recherches du pays autour de l'objectif d'être premiers, le professeur Licklider imagine en 1962 un système de mise en réseau informatique novateur. l'idée est de permettre aux ordinateurs des universités et des laboratoires d'échanger plus rapidement l'information.

En août 1968, les travaux initiés par ce professeur conduisent au lancement du projet ARPANET (https://fr.wikipedia.org/wiki/ARPANET), le premier réseau informatique à grande échelle de l'histoire. Ce système est basé sur l'échange de données par paquets, autrement dit l'information est découpée en petits morceaux par l'émetteur, ces morceaux voyagent sur le réseau indépendamment les uns des autres et le tout est finalement assemblé à la réception. L'idée derrière cette segmentation des données est d'optimiser au maximum l'utilisation des ressources à disposition et de les sécuriser.

Le 29 octobre 1969, le tout premier message du réseau ARPANET est envoyé par l'université UCLA de Los Angeles. Il s'agit du simple mot "LOGIN" adressé à l'Institut de Recherches de Stanford. Les deux premières lettres sont envoyées avec succès, la troisième fait planter le système. Un échec partiel qui n'a finalement que peu d'importance. Les scientifiques savent maintenant qu'ils tiennent le bon bout et que l'ARPANET ne tardera pas à être opérationnel.

En 1972 l'ARPANET compte déjà 23 ordinateurs dont certains sont situés hors des États-Unis. Il dispose aussi d'un système de courriel développé par Ray Tomlinson. Cet ingénieur informaticien est l'homme à l'origine du terme "e-mail" et de l'utilisation du caractère arobase "@" dans les adresses électroniques.

En parallèle de l'ARPANET, d'autres réseaux vont se développer. Dès lors les protocoles de communication se multiplient (UUCP, NCP, X.25, etc.) et les échanges deviennent de plus en plus compliqués. Pour résoudre le problème, Vint Cerf et Robert Elliot Kahn proposent en 1974 le protocole TCP qui deviendra un peu plus tard le protocole TCP-IP. Simplifiant grandement les échanges entre réseaux. Le TCP-IP va rapidement s'imposer comme la nouvelle norme.

Dans les années 1980, l'ARPANET n'est plus qu'une composante d'un internet mondial de plus en plus dense. Partout, des organisations connectent leurs ordinateurs les uns aux autres afin de pouvoir collaborer plus efficacement.

Mais la véritable révolution survient en 1991 quand Tim Berners-Lee, un chercheur anglais du CERN, dévoile sa nouvelle invention le WORLD WIDE WEB. L'idée n'est plus simplement de connecter des ordinateurs entre eux mais de consulter des pages, hébergées sur un serveur, à l'aide d'un outil très pratique appelé le navigateur. Ces pages sont logiquement inter connectées par des liens cliquables qui permettent à l'utilisateur de passer d'un contenu à l'autre de façon parfaitement intuitive.

Pour réaliser ce tour de force, Tim Berners-Lee passe par les développements du langage HTML, du protocole HTTP et du format URL. Un travail colossal que l'inventeur aurait pu faire le choix de commercialiser. Mais l'homme pense que le web est bien trop important pour ça. Il va donc décider d'en faire cadeau à l'humanité. Un cadeau qui va permettre le développement de la toile telle qu'on la connaît aujourd'hui. Il aurait pu faire le choix de déposer un brevet et de commercialiser son invention et il serait devenu riche à l'instar des Bill Gates ou Steve Jobs.

Imaginons un monde où le web appartiendrait à une ou plusieurs entreprises. On peut imaginer que chaque entreprise entretiendrait son propre réseau. Comme une chaîne de télévision cryptée, son accès serait payant, son contenu serait contrôlé et devrait avant tout être rentable. Ce système ressemblerait à celui du Minitel français, payer pour obtenir des informations ou un service sans avoir à se déplacer. Ce qui est déjà bien mais le web que nous connaissons est bien plus que ça.

Il nous appartient ! Il ne s'agit pas seulement de consulter mais aussi de créer, de partager, de communiquer. N'importe qui peut créer une page et tout le monde peut y apporter sa contribution : le web est en mouvement !

Il a été construit de manière spontanée par des amateurs passionnés d'informatique et de technologie, les hackers. Loin des stéréotypes, un hacker est un informaticien qui crée, analyse et modifie des programmes informatiques pour améliorer ou apporter de nouvelles fonctionnalités à ses utilisateurs. Aujourd'hui considérés comme de simples pirates, ils font partie des pionniers du web. Leurs idéaux étaient généralement humanistes. Tim Berners-Lee, lui-même, était un hacker !
Modifié par ObiJuanKenobi (14 Feb 2022 - 10:30)